About me

Biographie

Camille commence très jeune par la pratique du chant et de la musique en classes à horaires aménagés avec le Conservatoire. En parallèle, elle se familiarise avec le mouvement et la danse ainsi que le théâtre. Après un baccalauréat option de spécialité danse, elle intègre le Centre de formation Danse désoblique à Lyon en danse contemporaine. Elle rejoint ensuite le Conservatoire Régional de Lyon en danse contemporaine où elle obtiendra en 2015 son DEC (Diplôme d’Études Chorégraphiques) à l’unanimité du jury.

En 2016, elle part s’installer à Bruxelles et intègre l’Académie Royale de Beaux-Arts dans l’atelier ISAC (Institut Supérieur des Arts et des Chorégraphies) sous la direction de Daniel Blanga-Gubbay et Vicenzo Pezzella. Elle commence à développer ses premiers projets performatifs et chorégraphiques en solo ou en groupe. De ces premières recherches naîtra D’après Ana Mendieta (2017), Chère chair, (2018) et Chanter sur les os (2019).

En 2018, elle intègre SNDO (School for New Dance Development) à Amsterdam en échange Erasmus, où elle fera la rencontre notamment de Noha Ramadan, Bruno Listopad, ou de Ria Higler, entre autres.

Diplômée du cursus Espace Urbain en 2019, elle commence à enseigner la danse contemporaine et jazz au sein de différentes écoles Bruxelloises. Elle intègre en janvier 2020 la formation courte post-bachelor du Certificat en Danse et pratiques Chorégraphiques de Charleroi Danses, où elle aura l’occasion de rencontrer le travail de Boris Charmatz, Mark Tompkins ou encore Olga de Soto. Camille est aujourd’hui basée entre la France (Lyon) d’où elle est originaire, et Bruxelles, ville d’accueil à la dynamique culturelle foisonnante.

En parallèle de ses études, elle est interprète pour Maïté Alvarez et Marion Gassin dans la pièce Être Ciel, elle a participé au projet Shadows of tomorrow d’Ingri Mitgard Fiksdal au Kunstenfestival Desarts et elle participera au projet La tempête de Boris Charmatz pour la clôture du Grand Palais en janvier 2021.

En 2018, elle se lance dans la musique électronique et le djing et créée Paule, une ”djette” engagée, donnant une visibilité aux femmes sur la scène électronique franco-belge, qui vogue entre musique electro, disco, percussions endiablées et sonorités kitschs.

Crédit photo : Lisa Desjobert

 

CV / Portfolio  / Vimeo / Instagram / Facebook (Paule)

Dossier de création (création 2021)

Note d’intention

Lorsque j’ai commencé mes recherches, je tâtonnais et expérimentais autours des questions de la féminité, de la chair et de la perte de contrôle. Qu’est ce que la féminité ? Suis-je féminine ?

En effet, aussi loin que je me souvienne, de multiples personnes rencontrées sur mon chemin m’ont expliqué ce qu’était ma féminité (ou ce qu’elle n’était pas). Pas assez féminine, trop brut, trop masculine, etc. Cela paraît assez incroyable de nos jours de devoir encore justifier d’une certaine ”manière d’être femme”. Quand je monte sur scène, mon corps est-il éminemment politique du moment où j’incarne une femme ? Ou bien dois-je le justifier ?

Mon corps – le corps d’une femme sur scène – a beaucoup de significations et est déjà une affirmation politique.

Mes intentions sont de ré-incarner mon corps sur scène. En tant que jeune chorégraphe/chercheuse et jeune femme, j’essaye de reconquérir mon corps et de me le ré-approprier. Mon corps a été construit par la technique de la danse contemporaine et certains modèles que j’essaye de déconstruire aujourd’hui. Il a aussi une construction sociale, dont j’essaye de me débarrasser.

Mes recherches oscillent entre le mouvement organique, « ce qu’il y a à l’intérieur » et l’image extérieure, les codes construits de notre société. Ma corporalité a toujours oscillé entre contrôle et perte de contrôle, construction et déconstruction, l’opposition entre technique de la danse et essence du corps. Au croisement de tous ces questionnements, mes recherchent ont commencé à se spécifier, et c’est là que mon intérêt pour la figure de la sorcière a commencé à émerger.

Pas la sorcière avec un chapeau pointu et un nez crochu, mais celle qui interroge et défend  aujourd’hui plus que jamais les questions d’appropriation de corps, de liberté des pratiques et de l’essence de la féminité. Ma sorcière, si je devais la définir, se trouve au carrefour entre mes convictions politiques et mes pratiques physiques et spirituelles.

Ces éléments se sont, comme une évidence, connectés directement avec les grandes problématiques de notre génération : planète en danger, corps féminin et intersectionnalité.

C’est ici que ma recherche n’a eu de cesse de faire des aller-retours entre théorie/pratique artistique/politique (je ne sais pas dans quel sens l’écrire…).

 


Études

2020 : Certificat danse et pratiques chorégraphiques, Charleroi-Danse, La raffinerie, Brussels

2018 : Échange Erasmus à SNDO (School for New Dance Development), Amsterdam

2016 – 2019 : ISAC (Institut Supérieur des Arts et des Chorégraphies) à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles

2013 – 2016 : Conservatoire Régional de Lyon, danse contemporaine

2015 : DEC (Diplôme d’Études Chorégraphiques) à l’unanimité du jury, Lyon

2012 – 2013 : CFDd (Centre de Formation Danse désoblique), danse contemporaine, Oullins

2009 – 2012 : Lycée Juliette Récamier, Baccalauréat option danse, Lyon

Projets / Expériences professionnelles / Extra

2021 (janvier) : Participation à La tempête au Grand Palais de Boris Charmatz, Paris

2019 : Interprète dans Shadows of tomorrow de Ingri Fiksdal au Kunsten Festival des Arts, Bruxelles

2019 : Interprète dans Etre ciel de Marion Gassin & Maïté Alvarez pour le festival Courant, Bruxelles

2017 – 2019 : Professeure de danse à David Lloyd, Creadanse, Accordanse et Les petits rats du Châtelain (danse contemporaine, ballet, jazz), Bruxelles

2018 : «Alternative sorcières», workshop et performance avec Latifa Laâbissi et Anna Colin, La Raffinerie, Bruxelles

2016 : Stage de perfectionnement (CRR) avec Pierre Rigal (Cie Dernière Minute) sur la création Même, Toulouse

2015 : Stage de perfectionnement (CRR) de deux semaines avec Jean-Claude Gallotta sur la création Volver, Grenoble

2015 : Summerschool, P.A.R.T.S, Bruxelles

2014 – 2016 : Entraînement régulier du danseur au CND, Lyon

 

 

Loading...
Curabitur Aenean justo amet, non suscipit Donec consequat. quis,